Olivier Barrot: « Le cinéma français sous l'occupation »