Olivier Barot: « La Revue blanche et ses peintres »