Didier Decoin : « Le prix Goncourt : à quoi de bon ? »