Robert Kopp: « L'universalité de la langue française »