René Huyghe: « Van Gogh ou la poursuite de l'absolu »