Adrien Goetz: « Châteaubriand fictif »