Pierre Péju : « L’écriture romanesque de l’histoire »