Jean-François Kahn : « Victor Hugo contre les bien-pensants »