Robert Kopp : « Arnold Böcklin : un peintre aux portes de l’inconscient