Pierre Rentchnik : « Ces malades qui nous gouvernent »