Michel Winock: « Les intellectuels français et le faschisme »