Philippe Sollers: « Casanova le magnifique »