Jean-Jacques Lebel : « Le mouvement surréaliste, laboratoire de l’avenir ?»