Robert Kopp : « Le romancier devant l’histoire »