Pierre Assouline : « Georges Simenon : ‘l’homme enfin nu’ »