Maryvonne de Saint Pulgent : « L’opéra mort ou vif »