Henri Amouroux : « L’année 1940 : une défaite étrange et prévisible »