René Rémond : « De Gaulle devant l’histoire »