Pierre de Boisdeffre : « L’intellectuel devant la terreur »